Le lynchage politique d'Adrian Nastase

Une condamnation politique dans le dossier
Le Trophée de la Qualité et de la campagne electorale:

"Adrian Nastase doit être éliminé.... de la société"(page 132 de la sentence)
"Il n'existe aucune preuve à incriminer Adrian Nastase"(page 117 de la sentence)

L’Affaire du Trophée


Un magistrat de la DNA, impliqué dans l’enquête pénale concernant Nastase, est nommé juge de la Cour suprême pour juger son dossier.
La Cour a accepté d'entendre 970 témoins à charge, par rapport à seulement cinq témoins de la défense de Nastase.
Les magistrats du Parquet imposent aux témoins le contenu de «leurs» déclarations.
Un juge de la Cour suprême se soumet aux manœuvres de la DNA permettant l’installation d’un chaos procédural avec préméditation.
La Cour ignore le fait que ses propres auditeurs indépendants ont rejeté entièrement les énoncés des procureurs sur les dommages pécuniaires occasionnés.
Aucune des preuves à charge n’a fait le rapprochement entre Adrian Nastase et les accusations inventées, portées à son encontre.
Les juges ayant voté la condamnation de Nastase reconnaîssent que: "Il n'existe aucune preuve directe pour incriminer l'accusé..."
Une condamnation fondée sur des suppositions jamais prouvées et imposée sous la pression de la DNA et sa campagne agressive de diffamation.

pour l'histoire integrale...

BIENTÔT SUR LE PRÉSENT SITE

Est-ce qu’une agence des États-Unis promeut la calomnie?

Bientôt sur le présent site

L’Affaire Zambaccian


L'anatomie du chantage et de la falsification des preuves, commises par la DNA.
La DNA a présenté à la Cour, comme preuve à charge, des billets dollars américains, affirmant que Nastase les avait utilisé pour commettre cette infraction...
...mais le simple procédé d’examiner de près les billets de banque montre qu'ils ont été imprimés par le Trésor américain longtemps après que Nastase les aurait remis à "son complice".
Néanmoins, la Cour s'abstient de renvoyer au comportement scandaleux de la DNA lorsqu'elle invente des preuves à charge pour induire en erreur la Cour même.
La question demeure: comment est-il possible que la Cour suprême accorde encore du crédit aux procureurs de la DNA et aux allégations de leur chef, Daniel Morar, après de nombreuses situations évidentes de fraude et de fabrication de leurs preuves à charge.

pour l'histoire integrale...

BIENTÔT SUR LE PRÉSENT SITE

Basescu, Morar, Macovei

Luttent-ils contre la corruption?
Ou bien sont-ils occupés avec la chasse aux adversaries politiques, abusant, ainsi, du pouvoir dont ils ont été investis par le people,

tandis qu’ils entravaient la justice
en Roumanie?

Bientôt sur le présent site

La Tante Tamara


En 2006, la DNA mène une campagne de désinformation systématique et inonde le pays de mensonges immondes essayant désespérément d’incriminer Nastase à tout prix.
Tout d’abord la DNA dirige, de propos délibéré, vers les médias, une fuite d’informations detournées selon lesquelles La Tante Tamara était un personnage fictif inventé pour couvrir le "fait" que Nastase avait obtenu l'argent de manière illégale.
Puis, il devient évident que Tamara Cernasov, décédée, avait vraiment existé et vraiment avait légué sa fortune à sa nièce, Dana Nastase, de manière transparente et légale.
Alors, la DNA a inventé l'histoire que Nastase avait volé "le dossier Tante Tamara" de l`Office national de prévention et de lutte contre le blanchiment d`argent.
La DNA a lancé une campagne sans précédent de diffamation, de chantage et de fraude, cette fois en vue de tromper même la Haute Cour de Cassation et de Justice.
Ils ont fait libérer du pénitencier un infracteur condamné en contrepartie d’une fausse déclaration a l’encontre de Nastase.
Ils ont menti à la Cour suprême pendant le procès...
...jusqu'à ce que la Cour suprême a acquitté Adrian Nastase dévoilant la conspiration et la fraude qui ont pour origine la DNA

pour l'histoire integrale...

QUESTIONS
& COMMENTAIRES

Le formulaire de dialogue est disponible à la fin de chaque page du site